Cela fait probablement un petit moment que vous réfléchissez à démarrer votre propre business. Tous les entrepreneurs passent par ce cheminement d’idées, suivi d’une phase de tri, puis de questionnement, de doute et d’hésitation. Des idées, tout le monde en a tous les jours, mais comment savoir quand on a réellement trouver la bonne? Est-ce vraiment le bon moment de se lancer? C’est que nous allons tenter d’établir ensemble, car comme vous vous en doutez probablement, il y a plusieurs aspects à prendre en compte.

1. Misez sur vos compétences

S’il y a bien une chose primordiale à prendre en compte, c’est bien l’ensemble des compétences et connaissances que vous possédez. Si vous êtes bon dans un domaine en particulier, ça peut aller de la cuisine, à l’écriture, en passant par le dessin, ou encore les travaux manuels… Alors cela vous facilitera la tâche lorsqu’il s’agira de faire un tri pour ne garder que le projet qui vous tient à cœur, et pour lequel toutes les chances sont de votre côté y parvenir. En effet, au fur et à mesure de votre aventure entrepreneuriale, il y a fort à parier que vous serez amené à devoir affiner vos compétences, afin d’exploiter pleinement vos capacités. C’est pourquoi il est préférable de choisir quelque chose qui s’inscrit dans le cadre d’une une expertise que vous avez déjà, ou encore d’une mission même ponctuelle et que vous appréciez réalisée et que vous aimeriez transformer en activité professionnelle.

Il n’est pas impossible de vous lancer dans quelques chose que vous ne connaissez absolument pas, mais dans ce cas pour limiter les risques, gagner du temps et éviter les erreurs de l’entrepreneur qui débute, il vous faudra au minimum effectuer une formation au préalable, afin de connaitre 0les grandes lignes du marché que vous ciblez, et comprendre le mode de fonctionnement les différentes entreprises déjà en place. Compte tenu du fait qu’une aventure entrepreneuriale est souvent un parcours semé d’embûches, devoir apprendre sur le tas réduits vos chances de développer une activité pérenne. En résumé, optez de préférence pour un business lié à un domaine dans lequel vous avez déjà des connaissances ou des prédispositions / facilités. Dans le cas contraire, vous pouvez vous orienter vers un business qui est loin de tout ce que vous avez fait jusqu’à aujourd’hui, car le challenge est plus grand ou encore que les enjeux sont beaucoup plus intéressant, toutefois, ne vous lancez pas dans l’inconnu en vous formant un minimum avant de passer à l’action!

2. La passion, ou comment joindre l’utile à l’agréable

Ah la passion… un sujet passionnant, n’est-ce pas? D’un côté (consommateur), elle peut être un poste de dépense très important: vous êtes amateur de golf, passionné de sports automobiles ou collectionneur? Alors vous savez clairement de quoi on parle, car c’est bien connu “quand on aime, on ne compte pas”. C’est pourquoi, de l’autre côté (entrepreneur, créateur, acteur) miser sur sa passion et/ou celle de l’audience à laquelle on s’adresse peut s’avérer être une véritable mine d’or! 90% des entrepreneurs à succès ont tous un point commun, avoir misé sur leur passion en lançant leur activité. C’est indéniable, la meilleure manière d’augmenter les chances de réussite de votre business, avant même de le lancer, restera de se positionner sur votre passion. Par exemple, vous êtes vendeur, mais vous avez une véritable passion pour le yoga? Choisir de positionner votre prochain business en ligne sur la niche du yoga est un excellent choix. Que ça soit en créant un site e-commerce avec des vêtements et accessoires sur la thématique du yoga, un blog pour partager vos idées, conseils et découvertes, créer et commercialiser une série de cours de yoga, écrire un livre ou un eBook, lancer une application mobile d’assistant / coach de yoga virtuel… Cet éventail d’idées toutes aussi pertinentes les unes que les autres mériteraient d’être testées. Si vous êtes un véritable passionné et que vous commencez à créer du contenu autour de cette passion, alors vous n’aurez aucun mal à fédérer une communauté très engagée autour de vous. Les retours sur investissement devraient suivre sans difficulté.

SYNDROME DE L’IMPOSTEUR
Une petite note, concernant un problème auquel sont confrontés un bon nombre d’entrepreneurs qui démarrent: le syndrome de l’imposteur. Avant de lancer votre premier business, un blocage mentale assez fréquent consiste à se demander “Quelle est ma légitimité dans tout ça?” En d’autres termes: “Quel est mon pedigree? Quels sont les diplômes ou études qui permettent de justifier mon expertise?” Et bien sachez que tant que vous apporterez de la valeur aux personnes qui vous lisent et consomment votre contenu quel qu’il soit, c’est une question que PERSONNE ne vous posera. Même dans le cas où vous ne seriez pas un expert dans le secteur d’activité que vous ciblez, gardez en têtes que vous le deviendrez et que tout le monde à commencer quelque part. Dîtes vous qu’au final, un expert n’est rien d’autre qu’une personne qui a fait toutes les erreurs possibles et imaginables dans un domaine en particulier.

“Tout le monde a commencé quelque part”

3. La notion du temps

Chaque projet a des spécificités qui lui sont propres, c’est pourquoi le temps que vous y consacrerez variera d’une idée à l’autre. Certains business vous demanderont en effet d’avoir beaucoup de temps libre pour avancer. Vous pourrez par exemple profiter d’une année sabbatique, d’un congé ou même d’un arrêt de travail. Lorsque d’autres business pourront voir le jour uniquement en y consacrant quelques soirs, 1 ou 2 weekends dans le mois etc… Il sera donc recommandé de partir sur un business dont le temps nécessaire à la mise en place est cohérent à la fois avec votre situation personnelle et professionnelle. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, quitter son job pour pouvoir se consacrer pleinement à son idée de business est rarement l’option la plus judicieuse. Une des manières intéressantes de procéder est justement de profiter de son emploi actuel et d’entrées d’argent régulières pour essayer des choses sans prendre de risques ni pour soi-même ni pour son entourage. Si votre plan B (business) ne fonctionne pas, alors votre plan A (activité principale) vous permettra de continuer à couvrir les principaux coûts et obligations dans lesquels vous êtes engagé. L’argent que vous gagnez en étant salarié pourra d’ailleurs également être réinjecté dans le business que vous lancez. Cela peut en effet permettre de créer un effet de levier pour votre business en boostant votre visibilité et donc votre acquisition.

4. L’investissement financier

4ème et dernier aspect à prendre en compte, l’investissement financier. Bien qu’aujourd’hui il soit entièrement possible de lancer une activité en ligne sans débourser 1 centime, dans la plupart des cas il vous faudra quand même une petite somme pour démarrer correctement. Et ce, même lorsque vos compétences vous permettent de tout mettre en place plus ou moins seul. En effet rien est gratuit, et un projet peut vous coûter 1, 10, 100, 1000 et jusqu’à plus de 10,000 euros en fonction de votre ambition et des ressources que vous aurez besoin de solliciter au démarrage. Prenons le cas du lancement d’un blog, si vous souhaitez faire les choses en suivant les règles permettant de réussir, en général il vous faudra probablement compter:

  • 5 à 10 euros/mois pour votre hébergeur Web, c’est la société qui permettra à votre blog d’être accessible sur internet.
  • ~10 euros/an pour l’achat d’un nom de domaine (par exemple votre-passion.fr)
  • ~50 euros pour un thème (graphique) qui donnera un look professionnel et unique à votre blog
  • ~100 euros pour faire un designer vous réaliser un logo professionnel
  • ~50 euros, de plugins, extensions, logiciels et applications qui vous faciliteront la vie

Soit un total d’environ 220 euros qui seront rapidement amortis si votre objectif est de développer un blog rentable. Vous pourrez également faire le choix d’investir dans une formation qui vous guidera pas à pas afin d’atteindre vos objectifs plus rapidement. Bien évidemment vous avez aussi l’entière possibilité de vous lancer sans rien débourser, toutefois ce n’est pas une option que nous vous recommandons. Si il vous semble compliquer d’investir 300 euros dans le lancement de votre business sur internet, peut-être que vous devrez patienter encore un peu, ou alors que vous n’êtes pas prêt pour l’entrepreneuriat. Quoi qu’il en soit, vous êtes au bon endroit pour continuer à vous former et accumuler de la connaissance.

Le conseil de la rédac’ pour votre projet
Ça peut paraître simpliste, mais “Think Different”, comme le dit si bien le slogan de la marque à la pomme. En d’autres termes, orienter vos pistes de réflexion sur tout ce qui vous permettra de créer une offre différenciante, est un excellent moyen d’innover et de prendre une longueur d’avance sur vos concurrents indirects d’aujourd’hui, qui seront peut-être vos concurrents directs de demain. C’est pourquoi en conclusion nous terminerons simplement par cette citation du Président et fondateur de Ford…

Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, ils auraient répondu “des chevaux plus rapides”.

Henry Ford, à l’aube de l’invention de l’industrie automobile -1930.